La Poste : MASQUE INTERDIT

La Poste : MASQUE OBLIGATOIRE

 Les bureaux de poste n’imposaient pas le masque jusqu’au 30 juin 2020 pour la Covid19 (voir plus bas) alors que certaines banques et commerces l’ont rendu obligatoire  (Crédit Mutuel, opticiens (pas tous…), certains magasins de sport etc…).

Un mille-feuille de régimes différents : obligatoire, recommandé, pas obligatoire… 

(Photos ci-dessus : bureau de poste de la Glacière 63100 Clermont-Ferrand)

(N.B.: article rédigé le 28 juin 2020 (mises à jour ci-dessous), le taux de propagation (R0) de la Covid-19 vers le 11 mai 2020 en France était de 0,8 et s’est ensuite stabilisé autour de cette valeur et en dessous de 1, sauf 4 régions et la Guyane, selon Santé publique France au 25 juin 2020, la moyenne France métropolitaine s’établissant à 0,92)

 Mises à jour : 6 juillet, 16, 19, 26 juillet et le 2 août 2020 (actualisations régulières selon les évolutions)

 

Au bal masqué, ohé, ohé…

 

Le masque apparait en France en 2020 dans les espaces publics et parfois privés, porté volontairement, recommandé ou rendu obligatoire (transports collectifs notamment).

 

Introduction :

Au début de cette crise sanitaire en France, la porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye déclarait, à l’issue du conseil des ministres le 17 mars : « Les Français ne pourront pas acheter de masques dans les pharmacies, car ce n’est pas nécessaire si l’on n’est pas malade »… La même, le 20 mars sur BFM TV : « Je pourrais dire : je suis une ministre, je me mets un masque; mais en fait, je ne sais pas l’utiliser. Parceque l’utilisation d’un masque , ce sont des gestes techniques précis, sinon on se gratte le nez sous le masque, on a du virus sur les mains, on en a une utilisation qui n’est pas bonne et cela peut être contre-productif ». (!)

 

Je passerais sur l’historique des stocks de masque, stocks « disparus » alors que c’est au début que l’en on aurait eu besoin, surtout pour tous les soignants.

Courant mai puis juin et désormais, il faut vendre les masques fabriqués à grand renfort par différentes entreprises, commerçants, industries reconverties dont notre manufacturier pneumatique avec un masque en forme de groin de cochon (et c’est pas gentil pour les cochons, masque tissu annoncé le 24 avril 2020,  et masque à « groin » inventé par Michelin fin avril).

Aujourd’hui, c’est le monde à l’envers, alors que le taux de propagation du virus, le R0 est descendu en dessous de 1, mais surtout que la charge virale de ce virus est largement descendu, l’obligation du port de ce masque sanitaire fait florés !

Le dépistage est en marche, ce qui permet de voir ré apparaître des informations tronquées, condescendantes avec l’apparition de foyers, de grappes, dus justement à ce dépistage faisant apparaître de nombreux cas positifs mais non malades !

En été, les virologues vous le diront, la cahr virale des virus chute, sans avoir d’explication, et c’est en cettes aison que nous somems le plus en forme : soleil, vacances, vie sociale… et le fait d’être porteur permet justement l’immunisation de la population.

Quant au port du masque combien de personnes respectent le temps recommandé de 4h maxi et le range dans leur sac pour le réutiliser plus tard ?

La fin (théorique) de la loi d’urgence sanitaire le samedi 11 juillet à minuit n’a pas modifié ce fumeux port du masque obligatoire dans beaucoup de lieux qui l’ont mis obligatoire, et même l’obligation dans les lieux publics clos et marchés couverts par le gouvernement Français à dater du 20 juillet 2020 !

Et des arrétés de Maires avec masques obligatoire dans les rues fréquentées et les marchés ouverts…

Les bureaux de poste ne l’imposaient pas, jusqu’à la date (fatidique !) du 30 juin 2020.

Le mardi 30 juin après midi je me rends au bureau de poste de Montferrand (63100), masque obligatoire depuis cet après midi, en raison de la mise en route de la climatisation !

Le mercredi 1er juillet, idem au bureau de Poste Croix Neyrat (63100 Clermont-Ferrand).

Le texte de l’affiche, que je viens d’ajouter en photo ci-dessus, laisse réveur, quel.le est l’abruti.e qui a pondu ça ? :

 

« Ensemble, prenons de nouvelles habitudes, pour simplifier la vie de tous au quotidien »

« Pour votre confort, la climatisation fonctionne dans ce bureau. Conformément aux recommandations sanitaires, Le port du masque est donc obligatoire 

Même derrière un masque, partageons nos sourires. »  (?!)

 

Dés lors comment faire chez un médecin, chez certains opticiens, tous les lieux où l’on se trouve obligé de se rendre parfois ?

Il est aisé de boycotter des commerçants ou des services : Décathlon, Fnac, Ikéa, déchétteries etc…

Mais concernant des « fournisseurs » obligatoires, que l’on ne peut remettre à Noël ou à la Saint Glin-Glin, on fait quoi ?

 

 

La législation :  (avec le nouveau décret ci-dessous en juillet)

 – Décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020, version au 26 juillet !

– Modification de l’arrêté ci-dessus, avec l’Arrêté du 24 juillet 2020 modifiant l’arrêté du 10 juillet 2020, bon le 10 juillet c’est un décret ou un arrêté ?! où il est question d’élargissement de celles et ceux pouvant faire des dépistages et la distribution de masques gratuits…

(il serait opportun d’arrêter de faire des arrêtés sans arrêt, c’est incompréhensible !)

 

Ancien décret :

Décret n° 2020-548 du 11 mai 2020 + un Article du 14 mai

L’article 10 du décret n°2020-548 précise, en son point VI, que les commerces (les « établissements recevant du public ») doivent faire application des mesures d’hygiène destinées à limiter la propagation du coronavirus :
- en faisant application des « gestes barrière » (renvoi à larticle 1er du décret) ;
- en s’organisant pour éviter tout rassemblement de + de 10 personnes (renvoi à larticle 7 du décret), le cas échéant en « limit(ant) l’accès à l’établissement à cette fin » ;
- en subordonnant « l’accès à l’établissement au port d’un masque de protection ».

 

Un commerce peut donc bien imposer le port du masque dans son établissement.

Toutefois, ces textes (y compris la loi n°2020-546 du 11 mai 2020 prorogeant l’état d’urgence sanitaire et complétant ses dispositions) n’ont jamais prévu ou imposé le port de gants.

L’article 1 du décret renvoie aux mesures d’hygiène détaillées en annexe : celles-ci ne prévoient pas le port de gants :
« Annexe 1
Les mesures d’hygiène sont les suivantes :
- se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon (dont l’accès doit être facilité avec mise à disposition de serviettes à usage unique) ou par une friction hydro-alcoolique ;
- se couvrir systématiquement le nez et la bouche en toussant ou éternuant dans son coude ;
- se moucher dans un mouchoir à usage unique à éliminer immédiatement dans une poubelle ;
- éviter de se toucher le visage, en particulier le nez, la bouche et les yeux.


Les masques doivent être portés systématiquement par tous dès lors que les règles de distanciation physique ne peuvent être garanties
« .

 

 Téléchargement en bas de page du PDF de Maître Carlo Alberto Brusa sur l’absence de légalité de contravention pour le non port du masque

 

Mon commentaire :

  • dés lors que les règles de distanciation physique sont garanties, en particulier dans les bureaux de poste où la régulation des entrées est effectuée par un ou plusieurs agents de sécurité, avec une distanciation physique qu’il est facile de respecter, le port obligatoire du masque est donc non pas superflu, mais non obligatoire, ce qui était le cas avant le 30 juin 2020.
  • Quid de cette histoire de climatisation, contraire à une bonne pratique écologique, et obligeant ainsi à respirer son propre gaz carbonique ?!
  • Sauf qu’en dehors des transports, il semblerait qu’il n’existe aucune sanction contre le non port du masque dans un établissement public ou privé en France (en tout cas rien dans le dernier décret, voir téléchargement plus bas).
  • Compte tenu de ses prérogatives limitées et de la distanciation physique de 1 m… un agent de sécurité ne peut pas faire obstacle à une personne qui entre sans masque dans un lieu où le masque est obligatoire (hors transports cars, métro, avions etc…)
  • Ensuite c’est le risque d’un dépôt de plainte, d’un appel à la police (j’en doute) mais surtout le refus d’être servi dans un bureau de poste par exemple !

 

Objet d’art, de culture, de fête… :

Le masque était, avant 2020 en France, soit un objet d’art et de culture, soit un outil de protection utilisé quasi uniquement par les personnels soignants et dans les métiers à risques : industrie, carrosserie peinture… mais aussi par les bandits de tous poils, ceux ci dissimulant ainsi leur visage pour empécher la reconnaissance faciale (foulard, masque de clown ou de personnage public, bas de femme recouvrant toute la tête etc…).

Le masque, objet d’art et de culture : « Considéré comme un témoin des cultures les plus anciennes et comme un objet sacré porteur de traditions, le masque est aujourd’hui propulsé au rang de véritable sculpture. Les masques caractérisent un état de culture, ils incarnent les croyances, les traditions et les rituels d’une société » Source : Barnebys.fr

Le masque, objet de déguisement bien sûr, masque de Zorro, masques d’indiens, masques de tête de politiques…, qui n’a pas porté un masque pour s’amuser ?

 

Le masque chirurgical :

Un article assez complet sur Wikipédia où l’on notera à la fois les recommandations de bon sens qui vont avec le port du masque mais aussi l’aspect mode pour le grand public en Asie, dans ce même article de Wikipédia :

« Depuis le début des années 2000, les masques chirurgicaux sont généralement portés par le grand public toute l’année dans les pays d’Asie de l’Est comme la Chine, le Japon et la Corée du Sud pour réduire les risques de propagation de maladies aéroportées à d’autres et pour empêcher l’inhalation de particules liées à la pollution atmosphérique. Ces masques chirurgicaux sont devenus une déclaration de mode, en particulier dans la culture contemporaine d’Asie orientale, renforcée par sa popularité dans la culture populaire japonaise et coréenne. »

 

Voici un test réalisé en 2017 au centre hospitalier de Chambéry (Épidémie de grippe du 19/12/2016 au 10/02/2017)

Il apparaît sans conteste qu’un masque FPP sera beaucoup plus protecteur mais aussi plus coûteux qu’un masque en tissu.

Il est aussi indispensable de veiller au bon port du masque : OMS mai 2009

Et avant l’utilisation il y a la production, le stockage suffisant au cas où…, la péremption et après le port, lequel est relativement court (conseillé de 4h maxi), quoi faire des masques usagés…?

Je passerais sur la production et le stockage pour lesquels nous avons connu les « rebondissements et incompétences » de nos gouvernants présents et précédents, puis ensuite, avec un léger retard ou absence préalable de stock (ce qui est un euphémisme), une effervescence de production.

Telle usine de confection par ici, tel manufacturier comme Michelin se lançant à fond dans cette nouvelle « manne », les articles presse n’ont pas manqués. On peut comprendre désormais que même avec des risques quasi inexistants (Voir R0 ci-dessus), il faut bien que ces masques s’écoulent en se vendant enfin ! (y compris dans des magasins de produits exotiques, voir photo).

La Fondation pour la Recherche Médicale possède une page dédiée à la Covid-19 sur son site, cette page date probablement de mars 2020, (taux R0 de 2,3 et comme je l’ai visité régulièrement, pas d’actualisation sur l’ensemble de la page) on lira ceci sur le masque, dixit les recommandations de l’OMS (…) :

 

« Dans quel cadre le port d’un masque est-il nécessaire ?

L’OMS considère qu’il n’est pas utile de porter un masque pour les personnes en bonne santé, à part pour s’occuper de malades. Le masque est en revanche conseillé aux personnes qui toussent ou éternuent afin de ne pas contaminer leur entourage.  L’OMS ajoute que le masque n’est efficace que s’il est bien positionné et associé aux « mesures barrières » (lavage des mains fréquents au savon ou avec des solutions hydroalcooliques).
Aujourd’hui, c’est le ministère des Solidarités et de la Santé qui est en charge de l’approvisionnement et de la gestion des masques. Ils sont ainsi distribués prioritairement aux personnels de santé à l’hôpital et en ville, et également aux professionnels en contact avec des personnes fragiles. »

 

Quoi faire des masques usagés ?

Une nouvelle pollution arrive, et même si l’amende est « calée » en France à 135€ pour jeter hors des poubelles prévus à cet effet, le déchet masque va s’ajouter de façon massive dans le destruction de notre environnement Terre, voilà le revers de la protection sanitaire, un article du 8 juin 2020 de France3 Paca

Un tableau du ministère concerné (téléchargement du tableau dans l’espace téléchargements de votre navigateur) : Transition écologique et solidaire

Enfin un article très complet sur les masques sur le site de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles – ouf !)

 

In fine :

Il y a les personnes fragiles (dont les seniors, avec des causes de comorbidité mentionnées depuis le début sur le site du gouvernement) pour lesquelles on peut comprendret la prudence, il y a certains commerçants qui ont penchés vers un port obligatoire (direction qui a peur et/ou voulant rassurer sa clientèle et/ou souhaitant protéger ses salariés).

Les opticiens (document établi par les 3 syndicats de cette profession), grandes chaînes de sport, les boutiques indépendantes ou enseignes etc…), il y a les mesures obligatoires imposées par le gouvernement pour certains lieux, il y a une multitude de personnes qui ont peur (y compris le port du masque en étant seul.e dans sa voiture !?) etc.

Et tous les jeunes de moins de 40 à 30 ans par exemple avec des parents qui font porter le masque à des enfants en dessous de 11 ans dont on sait que le risque est quasi inexistant.

Certains rétorqueront qu’il vaut mieux un excès de prudence, certes, certes, je les comprend, mais pas de façon obligatoire et en étant aussi mal informés.

Ceci dit ne serait pas plus simple de laisser à chacun la liberté de porter le masque, avec les bonnes informations qui vont avec ?!

Le gouvernement, à la rentrée de Septembre, prendra t’il la (sage) décision de dire que le masque n’est plus obligatoire ou se contentera t’il de recommander le port du masque de façon recommandée ?

Car une autre question est sous-jacente, les débats sur le port du voile pour la religion de l’islam n’auront donc plus de raison d’être (?! sic,débat délicat), et pas davantage pour entrer dans un bureau de poste (voir photo) ou une banque en étant masqué(s)…

Ou bien à la rentrée, en octobre, le temps ayant été donné sur ce mois, interdiction du masque dans les 2 exemples ci-dessus et dans les manifestations ?!

La réouverture des clubs, discothèques, boites de nuit est annoncée pour 21 septembre, ou avant, ou après. Dés lors cela resterait compliqué pour ces établissements de travailler avec le port du masque obligatoire.

 

La peur, la peur, la peur, laquelle bloque l’ouverture du porte monnaie et permet la soumission…

 

Liens indispensables (!) :

– La Mascarade ! Le Clip des enfants qui enlèvent le masque   le 24 septembre 2020 (43000 vues au 28/9…), réjouissant, festif, vivant, le contre pouvoir par les enfants

– Le Pr Jean-François Toussaint en roue libre sur LCI, 2 août 2020

– Covid-19 : Quel est le traitement standard ? Inclut-il l’hydroxychloroquine ?     France Soir le 31 juillet 2020

– Covid-19 : La généticienne Alexandra Henrion-Caude vous dit tout – Le Zoom – TVL     31 juillet 2020

 

–  Crise du coronavirus en France: épidémie terminée versus panique organisée. Pourquoi ?  France Soir – Publié le 31/07/2020 à 11:21 – Mise à jour à 15:13

 

– « On confond pandémie avec menace mortelle » (carte blanche)  –  29 juillet 2020, mis à jour le 30 juillet –  Le Vif  : revue(s) et site Belge

 

Le Blog de Jean-Dominique Michel, Antropologue médical, en Suisse, plus de 25 ans de pratique et d’expérience  (un de ses articles ci-dessous)

 

«Nous sommes en train de dériver vers un totalitarisme qui ne dit pas son nom»  du 19 juillet 2020.

 

La science est concluante : les masques n’empêchent PAS la transmission des virus

 

– une autre information Sources et ressources sur l’épidémie de Covid-19

 

les tests de dépistage, sic…

 

Et si on parlez des infections respiratoires ?!   europeanlung.org   sur cette page, un document de 72 pages à télécharger, de 2013, actuel, sauf que la situation n’a pas du s’améliorer !

(Téléchargez une copie gratuite de : « La santé respiratoire en Europe » (pdf) )

 

Et si on parlez du système immunitaire ? Institut Curie

 

–  un de mes reportages sur ce site sur la Covid-19 :  3,14  Kilomètres carrés de liberté

 

– Un documentaire de 30 minutes, par un Québécois : du fond, une forme amusante si ce n’était aussi sérieux, extension de cette présentation à d’autres pays… ! (merci à Jeannine pour cette info)

 

FAUSSE PANDÉMIE – LE PEUPLE S’ÉVEILLE – DOCUMENTAIRE D’ERIC DAOUST

 

« Le changement c’est maintenant », ce slogan de futur Président était déjà probablement désuet en 2012, car le changement n’aurait-il pas commencé avec le passage au 21éme siècle ?

 

Enfin j’invite à télécharger le document PDF de 2 pages ci-dessous « tract contre le masque obligatoire » avec un contenu sourcé et pour lequel chacun.e peut me communiquer toute remarque notamment que ce que j’énonce est faux puisque cela émane directement d’organismes référents publics ou privés : INRS, normes EU, boites de masques chirurgicaux, pharmacies…

et le document PDF une page concernant l’illégalité de sanction pour non port du masque obligatoire.

 

Un masque porté à la main (hygiène ?!), l’Office de Tourisme accueillant avec masque obligatoire dans son très grand espace (…), Dieu qui ne protège pas ses fidèles à l’intérieur de la cathédrale Notre Dame de l’Assomption  Clermont-Ferrand (masque là aussi obligatoire), de l’exotisme au masque il n’y a qu’un pas, l’avantage de le rendre obligatoire dans le magasin c’est aussi la possibilité d’en vendre, enfants masqués en extérieur (c’est bien le droit des parents… ! Mais quid des aspects psychologiques futurs ?),  et pour finir sur une note d’humour « l’évasion pénitenciaire » !

Document récupéré sur Internet, tout pas à prendre au pied de la lettre, car le port du masque dépend du type de masque, de l’état de santé du porteur, de la durée pendant laquelle le masque est portée, de la façon dont est manipulé le masque, mais surtout de la réélle utilité du masque (soignants, espace clos, danger extérieur bien réél (!), espace extérieur…) mais cette « muselière » a beaucoup de défauts et d’inconvénients, souvent beaucoup plus graves que ce à quoi elle est censée servir, lorsqu’elle est rendue obligatoire sans aucun discernement et surtout alors que le virus a perdu sa charge virale depuis fin mai 2020 à minima  !

Parcourez le site officiel du gouvernement depuis le 1er juin par exemple, avec les « patients en réanimation » et « nouveaux patients en réanimation », en faisant défiler la date à gauche dans la barre bleu horizontale, c’est édifiant…

Le masque sanitaire "COVID-19 grand public et ses "possibles" contre indications, France juillet 2020