Alain Pons Photographe


Bonjour et bienvenue,

 

Photographe professionnel Auvergnat, Alain Pons exerce à Clermont-Ferrand,

en Auvergne et partout sur Terre, ou presque !

Photographe aux compétences acquises grâce à une longue expérience,  

Alain Pons travaille en prises de vues pour les particuliers et les entreprises

selon votre cahier des charges et avec la convivialité indispensable (Devis et contrat préalable).

 

             Me contacter : 06 63 12 29 39  -  contact@alain-pons-photographe.fr


 Mon site de formations, stages, safaris :

Formation-Photo-Auvergne.fr

 

 

 



Biographie :
Petit, je commençais à sauter une classe en maternelle... Puis je redoublais ma 6éme au collège, et je redoublais encore (brièvement) ma seconde en arrêtant ma première scolarité joyeusement à Noël avec lits en portefeuilles ou en cathédrale de cette 2éme seconde (Interne au Lycée Murat à Issoire).
En clair je m'ennuyais ferme et j'avais régulièrement l'observation suivante sur mes bulletins de notes "peut mieux faire"...
"My Mother was an english teacher, but me i was a very bad schoolboy !
La suite démontre que je fis beaucoup plus et beaucoup mieux.
Désespérant mes parents enseignants, mon papa passionné de photographie eut l'idée, m'ayant transmis son hobby pour la petite boîte, de me placer en apprentissage.
Apprenti photographe en 1975* chez un Maître Artisan aux Martres de Veyre / Vic le Comte, j'appris autant dans le magasin que dans le studio ou en chambre noire et en reportages mariages (12 photos sur la pellicule du Rolleiflex, fallait pas se louper pour les alliances...) j'obtins mon C.A.P. de photographe en 1978 (Lequel C.A.P. ne constitue ni un gage de savoir faire ni une obligation pour être professionnel dans la photographie, c'est dit).
Constatant rapidement que les voies de reporter photographe à travers le monde étaient compliquées et qu'à part être ouvrier dans un magasin photo, j'aurais des difficultés à poursuivre, je m'orientais vers le transport où je restais une douzaine d'années, profitant de la vie, comme toujours et poursuivant la photographie en loisir.
Quelques métiers très différents plus tard dont une création d'entreprise dans le loisir en 1991, puis en vendeur de matériels de boulangerie, et ensuite... (je vous la fait court), nous arrivons à l'année 1999 où je passe de mon reflex Nikon F601 (et avant le Nikon FM) à l'un des premiers compacts numériques surprenant de l'époque : le Sony Mavica** soit 6 photographies haute définition de 1,3 MP sur une disquette (les moins de 20 ans voir au dessus chercheront ce qu'était une disquette, sur Internet...).
Oui 6 photos maximum et un appareil qui coutait environ 1000€. Viendront un Nikon Coolpix 995 (3MP sur carte mémoire), et en 2004 le Nikon D70, ensuite D80, D200, D300s et Nikon D800, bientôt un hybride (ou 2) peut-être ? pour le poids et le moindre encombrement.
(J'ai vendu le Mavica sur Ebay mais j'ai récupéré un modèle plus ancien, de 1977 probablement, le Mavica du service communication de la Fnac, toujours les photos sur disquette et avec encore moins de définition, j'en parlerais un jour dans mon blog Foto Plouf sur formation-photo-auvergne).
En 2003 je m'engage dans la formation du Brevet d’État d'Accompagnateur en Montagne que j'obtiens en juin 2005 (brillamment, ah mais !), me voilà avec le niveau Bac, tout arrive.
Toujours en 2005, dés le mois de mai, j'associe mon métier de photographe à celui d'Accompagnateur en Montagne (ou vice versa), opérateur de séjours et de voyages (séjours en tout compris) et je m'enregistre rapidement organisme de formation professionnelle.
2008 verra la sortie d'un topo guide randonnées, avec une quinzaine d'itinéraires, mes écrits, illustré avec mes photos bien sûr (La Chaîne des puys, spécial rando facile aux Éditions Guides Goursau, plus de 5000 exemplaires vendus, épuisé et du reste obsolète).
10 années où j'apprends toujours moi aussi avec une multitude de rencontres passionnantes, en statut de travailleur indépendant avec ses joies et ses difficultés.
Fin mars 2015, contraint d’arrêter avec ce statut je poursuis avec bien davantage de temps libre en entrepreneur salarié en avril 2015, toujours la passion de mes reportages, de mes clients et de mes formations, dont, entre autres, la confiance de Christian Cromarias, le patron du magasin CAMARA à Cournon d'Auvergne pour les "coaching photo tour" Camara et ce depuis leur mise en place en juin 2015.
Je continue de découvrir la photographie, j'oriente ma curiosité vers la présentation de mes photos (tirages, agrandissements, livres albums, cartes postales...), je vais voir des expositions, je rencontre d'autres photographes, je m'intéresse aux évolutions de la vente de photographies "décoratives"...
Désormais je suis très souvent en enseignement dans mes stages photos avec des élèves curieux, passionnés, beaucoup de questions, et je suis à l'écoute.
Ce sont de nombreux échanges, avec des stagiaires (élèves c'est pareil) ô combien sympathiques !
(La photographie estpeut-être destinée uniquement aux personnes sensibles, agréables, aimant l'humain et la nature... ?) et toujours  de ci de là quelques reportages professionnels, mariages, sans oublier quelques séjours hors Auvergne dont la Bretagne où la lumière et les sujets sont tellement chouettes !
Arriverais-je à la faire mon exposition, après l'unique de 1978 en duo avec mon confrère apprenti en même temps comme moi Jean-Louis Tonnelier ?
Question de temps, c'est le leitmotiv de la photographie. A suivre.                                                                                                                                              (1er juillet 2018)

 

5 trimestres minimum validés pour retraite carrière longue, merci Papa !

** Sony Mavica

(Un grand merci à mes très nombreux clients, élèves, clients, fournisseurs, famille, amis, je suis là pour vous mais vous m'apportez beaucoup)

 

Mes formations à la photographie : www.formation-photo-auvergne.fr

Alain Pons Photographe

63100 Clermont-Ferrand

[uniquement sur rendez-vous]

 

 



L'invention de la photographie a été attribué à Nicéphore Niépce, sur l'insistance de son fils Isidore, afin que son père en soit le bénéficiaire.

 

Vers 1824, Nicéphore, après des années de recherche et en "concurrence" et collaboration avec de nombreux passionnés à la recherche de l'image "fixée", comme Talbot ou Daguerre, arrive enfin à conserver une image sur une plaque recouverte de bitume de judée. Le temps de pose d'alors, a été estimé par reconstitution entre 12 et 16 heures, d'où l'absence ensuite sur les photos prises dans les villes et les villages, de personnages ou d'animaux, ceux ci ne restant pas en place suffisamment longtemps pour impressionner le support sensible de l'époque !

 

La surface sensible a évolué, la mode de "se faire daguerréotyper" a connu un vif succès de son début en 1839 et pendant une bonne quarantaine d'années. 

 

En 1885 Georges Eastman invente le premier appareil à pellicule argentique, le Kodak N°1, pour 25 dollars, 100 photos par pellicule (!) avec le slogan "vous pressez le bouton, nous faisons le reste". 

 

La couleur arrive en 1902.

 

Il faudra attendre 1952 pour l'Ashiflex 1, premier appareil mono objectif japonais à miroir (début du reflex), avec Kumao Kajiwara qui avait créé Asahi Optical Co (Pentax).

 

En 1954 la version Asahiflex IIB introduira un miroir à retour reflex, innovation qui permettra d'éviter à remonter le miroir manuellement.

Le Premier reflex professionnel viendra de la firme Nikon, fondée par la volonté du gouvernement japonais en 1917, le Nikon F qui fera le bonheur des reporters, notamment pendant la guerre du Vietnam.

 

En 1961, une toute première image numérique est créé par 2 étudiants américains.

 

Le 25 août 1981 Sony présente un prototype d'appareil photo numérique, le MAVICA, cet appareil était un électronique analogique avec objectifs interchangeables et un viseur reflex ! Viendront Nikon et Canon en 1986. il faudra attendre le début des années 2000 pour les premiers reflex numériques professionnels et les années 2002/2003 pour voir arriver les premiers compacts abordables en tarifs grand public et avec des définitions à cette époque de 3 à 4 millions de pixels.

Contact